La réserve naturelle de Paracas

Prélude

Après avoir lu les aventures de quelques travel bloggers, nous avons décidé de voyager en bus à travers le Pérou et la Bolivie avec la compagnie Peru Hop. C’est une start-up créée il y a 3 ans par 2 Irlandais. Pour l’instant, le service est irréprochable et notre guide Diego de la Vega, un petit Péruvien de 28 ans est aux petits oignons.

De Lima à Paracas

Nous sommes arrivés à Paracas à 14h après 7h30 de bus bien heureusement agrémentées de quelques pauses.

La première nous a permis d’admirer Lima de haut et de comprendre le clivage historique entre le Pérou et le Chili, dans lequel la France y a mis son grain de sel, forte d’une armée efficace à l’époque. 

L’autre pause culture à San José était dans une ancienne maison bourgeoise, là où les propriétaires cachaient leurs esclaves dans des souterrains… après l’abolition de l’esclavage bien sûr. Ces mêmes souterrains étaient reliés à un port pour faciliter le transport des esclaves.

Le domaine est superbe avec une architecture et un mobilier d’époque. C’est aujourd’hui un hôtel qui vous coûtera la modique somme de 200€ la nuit. L’équivalent de 20 nuits en auberge de jeunesse au Pérou !

Paracas, on y passe.

Et on ne s’y arrête pas trop longtemps.

Il y a bien une excursion en bateau aux îles Balletas mais voir des pingouins et du guano (= fiente d’oiseaux) depuis un bateau qui tangue ne nous tentait que moyennement.

On a préféré chiller le long de la plage de Paracas, admirer le coucher de soleil en dégustant non pas 1 mais 2 pisco sour et discuter avec un couple de Hollandais de passage au kokoppeli hostel, comme nous.
Petite aparté sur le pisco sour, cocktail national du Pérou à base de Pisco, eau de vie de raisin à 40 degrés, de citron et de blanc d’oeuf. Nous en entendions parlé depuis Lima, il nous aura fallu 4 jours pour y goûter. Arnaud n’aime pas, moi j’adore.

L’autre point d’intérêt à Paracas est sa réserve naturelle. Inutile à notre sens de booker un tour avec une agence quoi que faire du quad dans le désert doit être sympa. Nous avons profité de l’offre de Peru Hop qui nous proposait un tour d’une petite heure en bus à la playa rojo et aux alentours.

À part chiller, nous avons ultra bien mangé à Paracas. Il faut dire qu’en débarquant à 14h, on avait vraiment faim.

Le ceviche de Juan Pablo, plat typique du Pérou, est exquis, le poisson est extra frais, la marinade au citron pile poil comme il faut sans oublier la tonne d’oignons crus histoire de relever ça et d’avoir l’haleine fraîche.

Notre adresse coup de coeur, beaucoup moins touristique, est Puka Soncco. En 10 minutes chrono (nous étions ultra pressés pour prendre le bus), le cuisinier nous a concocté le meilleur guacamole du monde, à l’avocat cueilli mûr (oui j’y tiens à mes fruits cueillis mûrs), à l’ail et au citron pressé minute et à la bonne dose d’echalotte ajoutée avec amour. Plus qu’à tremper les petits pains ronds aux graines d’anis dans le guacamole !

En attendant la confection de notre déjeuner, nous avons jeté un œil sur les tableaux exposés au style… bien coloré !

Une réflexion sur “La réserve naturelle de Paracas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s