Berlin

Prélude.

Voilà. 30 ans.
Ca devait arriver.
C’est pas si grave.
Du coup, je suis allée voir le mur.
Bah, il est pas haut.
Heureusement que Fau et Mary étaient là.
Elles, elles sont à la hauteur.
❤️ Berlin ❤️

Parce que le départ, c’est quand même le moment où t’as bin l’plus d’fun là…
Surtout quand ton pote Québéquois te raconte une histoires de poils dans l’Orly Bus ET en fait profiter l’intégralité des passagers. Toi-même qui étais dedans le 24 août à 15h45, tu sais.
Bref, on est arrivé à Orly, on s’est pas planté de file cette fois (confère les 30 ans de Mary à Santorin), on a pris notre vol tranquilou, on s’est installées au Circus Hostel, on a fait un brin de causette avec Matteo le Hongrois, on est allé manger thaï, on a fait une balade digestive d’une heure et demie dans les fins fond berlinois – non, c’est faux on ne s’est pas perdu, c’était prévu qu’on aille voir le mur à 23h tout ça tout ça – on a bu un cocktail ananas et un cocktail pastèque. Et on a attendu Fau.
Fau, c’est un peu la fille qui est coincée dans son train au milieu de la Picardie à cause d’un orage. Et qui arrive à la soirée à 22h45. Et c’est aussi la fille dont le vol a du retard et, comme ça ne suffit pas, qui s’amuse à prendre les métros à l’envers. Et qui du coup débarque comme une fleur à 3h du mat’. Mais on l’aime quand même.

Berlin, nice to meet you.

Ca faisait 30 ans que j’étais persuadée que les Allemands étaient les rois de la ponctualité.
Mais ça c’était avant.
C’était avant qu’on se pose dans ce café tellement cute pas loin de l’auberge pour prendre notre petit-déj et s’updater sur nos vies.
Alors j’ai envie de dire qu’heureusement qu’il se passe plein de choses dans nos vies et que ça faisait bien un mois qu’on ne s’était pas vu, sinon on se serait ennuyé pendant l’heure et demie d’attente de nos smoothies – açai bowl – banana bread – avocado toats (oui le quatuor parfait des bobos-ecolos) !!
OMG, le service le plus long de la Terre. Mais vraiment. J’en suis à la limite de balancer le nom du café. Mais ce serait mauvais pour mon Karma. Et surtout, je ne sais plus son nom.
L’errance dans les rues berlinoises démarre donc aux alentours de 13h. On marche le nez en l’air, on traverse des ponts et les grandes avenues, on enlève notre pull parce qu’il fait trop chaud et en remet notre pull parce qu’il fait trop froid. A peu près 15 fois.
Et on se dit que Berlin, c’est pas si beau. Enfin, je devrais pas dire « on ». JE trouve que Berlin n’est pas une jolie ville. C’est chill, c’est vert, c’est blindé de cafés cute et les gens aussi sont cutes (même s’ils parlent allemands). Mais alors l’archi s’il te plaît. Aïe aïe aïe. Mais genre vraiment aïe ça pique (enfin ce n’est que mon avis totalement subjectif du haut de mes 30 ans).
Ceci dit, on a quand même déniché des petits coins alternatifs au bord de la Spree là-bas juste avant le mur et la pluie. La pluie qui nous a conduit au Starbucks pour le 2ème update de nos vies de la journée. Et l’averse était presque aussi longue que le service du matin…
Mais c’est juste que le soleil attendait qu’on arrive au Mur pour sublimer les graffitis de l’East Side Gallery. On retiendra surtout l’oeuvre du « qui baise qui ? ». Je vous ai dit que j’avais mis mon cerveau off pendant 72h ? Non ? Bon, voilà, c’est dit. Ah et j’avais aussi mis mon téléphone en off. Et alors ça c’était le bonheur. C’était le bonheur parce qu’en plus de vraiment profiter de Berlin, j’avais juste à suivre les copines qui géraient Google Maps. Et même pas une fois elles n’ont eu besoin de mon sens de l’orientation légendaire. Incroyable. Bref, je divague.
On a donc passé le pont (lequel ? Ah ah, bah je sais pas). Et de l’autre côté du pont, il y avait le festival (lequel ? Ah ah, bah je sais pas). Toujours est-il qu’on s’est fondu dans la masse de la jeunesse – plus ou moins jeune – berlinoise pour profiter d’une balade au doux son de l’electro allemande. Ca apaise tes chakras.
Et ça te prépare pour ta sieste de 2 heures avant de déguster les pastos tomatos du resto italiano et les cocktails de ce qui allait devenir notre futur QG, j’ai nommé le Mein Haus am See (« ma maison au bord du lac » si tu n’es pas germanophile).
Berlin - Spree - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneIMG_4640
°°°
Berlin - Spree - AllemagneIMG_4645
°°°
Berlin - East Side Gallery - Mur de Berlin - AllemagneBerlin - East Side Gallery - Mur de Berlin - AllemagneBerlin - East Side Gallery - Mur de Berlin - AllemagneBerlin - East Side Gallery - Mur de Berlin - AllemagneBerlin - East Side Gallery - Mur de Berlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - Allemagne
°°°
Berlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - Allemagne

Berlin, les Berlinois, tout ça tout ça.

Dans la lignée des cafés cute, il y a le concept du full gaufres, déclinables à l’infini et livrées avec sa dose de guêpes. Alors oui, Berlin, ville verte et aussi ville de guêpes. Ou alors, c’est l’année qui fait ça. Oui parce que même sur notre balcon parisien, on a été envahi. Encore un signe que Nico a eu raison de poser sa dem’ au gouvernement. Ou pas. Enfin, le débat n’est pas là.
On en a profité pour s’échanger des comptes Instagram qui font plaisir avant d’aller chiller au Mauer Park, le parc le plus stylé de Berlin le dimanche. Et les raisons sont vraiment beaucoup trop nombreuses : il y a le mur avec les graffitis, les balançoires, le marché aux puces, les bières au citron, la guitariste, les falafels et l’halloumi, le beat box, les basketteurs, les promeneurs.
En vrai, on aurait pu y passer la journée. Mais on l’a pas fait. Parce qu’en 3 jours, on ne peut clairement pas tout voir de Berlin. Alors, on a bougé à Checkpoint Charlie. Et on a eu la flemme de lire les panneaux mais on est rentré dans ces boutiques qui vendent des Trabbi par milliers. On a fini en beauté à la Porte de Brandebourg en passant par le Mémorial des Juifs assassinés d’Europe. Enfin le mot de la fin, c’est la Curry Wurst de Fau.
Et si chiller au bord des quais à Paris est mon activité favorite, j’ai eu la même à Berlin. Sauf qu’à la place de la Seine, c’est la Spree.
Et puis c’était l’occasion de faire la vidéo des 30 ans. La culte où il faut répondre aux 2 questions existentielles : « qu’est-ce que tu as envie de dire à ton « toi » à 20 ans ? Et qu’aimerais-tu lui dire à 40 ans ? ».
Allez, bon courage.
Et donc nous, à 30 ans, on se fait refoulé à l’entrée des boites. Ouai, ouai. 16 ça passe, 30 c’est plus possible.
En vrai, et c’est peut-être le truc le moins humainement sympa du weekend, c’est que TOUS les étrangers se voyaient refuser l’entrée.
Je veux bien entendre les effets néfastes du tourisme de masse. Mais on n’est pas non plus entrain de parler de milliers de gens de trop qui foulent le sol du Machu Picchu et contribuent à son affaissement et donc sa destruction à petit feu (oui oui…). Bref, on aurait pu rentrer dans la 1ère boite mais on n’avait pas envie de payer 40 balles. On a tenté la 2ème et on n’est pas rentrés. Alors, on a fini au QG (Mein Haus am See pour ceux qui n’auraient pas tout suivi).
Mauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneMauerpark - Berlin - AllemagneIMG_4731
°°°
Checkpoint Charlie - Berlin - AllemagneCheckpoint Charlie - Berlin - Allemagne
°°°
Memorial Juifs - Berlin - AllemagneMemorial Juifs - Berlin - AllemagneMemorial Juifs - Berlin - Allemagne
°°°
Porte de Brandebourg - Berlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - AllemagneBerlin - Allemagne

Berlin, jour 3, le jour du spa

3ème petit-déj, 3ème café cute et grosse remise en question sur mon anglais. J’avais entre autre demandé un thé vert et je me suis retrouvée avec un bol de porridge. Humhum…
Je vous ai dit que Berlin est une ville étendue et qu’il faut prévoir quelques tickets de métro pour le week-end ? Oui ? Non ? Donc, nous on a marché une heure pour arriver au Liquidrom et être certaines de bien mériter les 2h30 de SPA qui nous attendaient. Il y a quand même eu ces quelques secondes d’hésitation quand la dame de l’accueil nous a préciser le sauna tout nu mais en vrai, on venait de marcher une heure et on avait juste envie de se poser. Et on n’a pas regretté la piscine salée sous la voûte, les notes electros et les spots colorés, le thé, le blabla. Et le sauna.
Et le bagel à l’avocat.
Et la visite du supermarché (un incontournable qui est même arrivé bien tard).
Et le bus.
Et l’aéroport.
Et le vol.
Et Paris.
Et l’Orly bus. Mais c’était pas pareil sans lui, ça manquait de drôlerie.
Et voilà, Berlin, c’est fini.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s